Mieux comprendre ce qu’est la saccharine

L’histoire apprend que la saccharine a été découverte hasardeusement en 1879. Lors de la Deuxième Guerre, sa consommation a été plus importante étant donné le rationnement en sucre. L’usage de cet édulcorant est notable chez les personnes qui se mettent au régime. D’ailleurs, l’insertion de cette matière dans les diètes s’est faite dans les années 60. Que faut-il apprendre encore au sujet de cette substance ?

Quelle définition donner à la saccharine ?

La saccharine est un édulcorant non nutritif en plus d’être non naturel. Il a un pouvoir sucrant 400 fois plus important que le sucre. Néanmoins, il s’agit également d’un produit caractérisé par un goût amer ou métallique qui déplait à certaines personnes. Afin de combler cette faiblesse, elle est souvent associée à d’autres édulcorants. Dans ce cas, elle est alliée à de l’aspartame ou à un autre édulcorant hypocalorique qui est présent dans les boissons gazeuses.

La saccharine est conçue en laboratoire et son aspect est similaire à celle d’une poudre de couleur blanche. Elle est utilisée en remplacement du sucre traditionnel étant donné qu’elle ne contient ni glucides ni calories. Les humains ne peuvent en créer et ce faisant, elle quitte le corps comme elle y est entrée.

Les fabricants de fast-food ont souvent recours à ce substitut du sucre étant donné sa durée de vie importante. Il ne présente aucun danger même après des années de stockage. Il est à noter que ce produit est aussi utilisé pour sucrer les confitures, les bonbons ou encore des cookies qui ne contiennent que très peu de calories.

Encore qu’il est possible d’utiliser la saccharine en guise de sucre de table afin de saupoudrer la nourriture, les fruits ou encore les céréales. Pour plus d’informations, il est recommandé de se rendre sur www.soyez-curieux.fr.

La saccharine est-elle saine pour l’homme ?

D’après les explications des autorités sanitaires, la saccharine ne représente aucun danger pour la consommation humaine. Cependant, une étude a confirmé le développement du cancer de la vessie causé par la prise de ce remplaçant du sucre dans les années 70. Néanmoins, cette étude n’est pas forcément recevable, car elle n’a pas été menée sur des humains, mais plutôt sur des rats.

Selon d’autres études descriptives chez les hommes, aucun lien n’a été établi entre la prise de saccharine et le risque de cancer chez l’être humain. Toutefois, du fait du manque de preuve, les experts n’ont pu certifier l’inexistence de risque entre la consommation de cet édulcorant et les risques de cancer. C’est pourquoi de nombreux experts en déconseillent la prise. 

Quelle posologie pour la saccharine ?

Les chercheurs affirment que la dose de saccharine recommandable est de 2,3 mg par masse corporelle. Ainsi, une personne qui pèse jusqu’à 70 kg peut consommer 350 mg de ce produit par jour sans que cela n’impacte pas sur sa santé. Ainsi, il est possible pour un adulte de consommer 3,7 cannettes de soda par jour. Ce qui représente 10 portions de saccharine. Il est déconseillé de consommer une dose supérieure à celle-ci.

Aucune investigation n’a pu mesurer la consommation de saccharine dans les pays américains en dépit du fait que la population y adore les fast-foods. Dans les pays européens, cette consommation est située dans la bonne limite. D’après les chercheurs, les adultes comme les enfants peuvent prendre la dose journalière susmentionnée sans que cela n’impacte pas négativement sur leur santé. Si possible, autant remplacez cette substance par un sucre naturel à l’instar du fruit ou du miel.

Il y a quand même lieu de comprendre que la saccharine remplace le sucre et que cela aide les sujets obèses à perdre du poids dans le cadre de leur régime.

Attention aux fausses promesses des faux sucres

Certes, ainsi que susmentionné, il semblerait que la saccharine aide à la perte de masse. Quoiqu’il n’est pas possible de prendre cette affirmation pour acquis. En effet, les diététiciens ne confirment nulle part que la prise de ce sucre permette de retrouver une taille fine. Qui plus est, de nombreuses personnes se sont déjà vues trompées par ces sucres artificiels.

Les produits allégés tels que les yaourts et les biscuits ou encore les boissons sont nombreux à contenir des substituts du sucre. Pour sucrer ces aliments, les industries du secteur agro-alimentaire recourent à des édulcorants à l’instar de ceux qui sont issus de la betterave. Récemment, le stévia, un colorant issu d’Amérique du Sud a été utilisé pour aromatiser les repas et pour se substituer au sucre. Il vient alors remplacer les substances à l’instar de l’aspartame et du sucralose qui est bien plus sucré que le sucre blanc. Ce sont ces substances qui ont permis à l’industrie du light de connaitre un essor sans précédent dans les années 70.

Pour en revenir à la perte de poids, rien ne prouve que ces sucres de substitut peuvent aider à mincir. Certes, ce processus de perte de masse est surtout dépendant d’une alimentation équilibrée et d’une volonté de faire du sport.

 

Comment faire pour mieux comprendre l’Art antique ?
Un antiquaire qualifié à Paris